Lecture

Kukum / Les femmes qui lisent sont dangereux / albums illustrés…

C’est un livre que j’ai offert à Maman pour la fête des mères, conseillée par mon libraire (enfin, je dis « mon » libraire, c’est toute une équipe, ce jour-là, c’était Loïc). Une belle découverte. L’auteur est un journaliste canadien qui a des origines innues (l’un des peuples premiers du Canada) et ici, il fait parler sa grand-mère à travers tout ce qu’il a pu récolter via sa mère. C’est une sorte de journal de la vie de cette femme qui visiblement serait arrivée d’Irlande, devenue orpheline en bas âge sur le bateau qui emmenait ses parents, en 1880, vers le Nouveau Continent, élevée par un couple sans enfants qui l’a recueillie (son « oncle » et sa « tante ») et élevée, jusqu’au jour où elle est tombée amoureuse d’un jeune innu qui chassait près de chez elle. Elle relate sa vie d’innue, l’été ici, l’hiver là, sous la tente, vivant de la chasse, de la cueillette autour du lac Saint Jean… jusqu’aux bouleversements : l’arrivée du train, les coupes claires dans les forêts, comment les peuples premiers ont été obligés de s’adaptés, comment ils ont été bafoués, elle évoque également ces orphelinats dont il a été question récemment dans l’actualité, elle y a perdu l’une des siens. C’est une belle histoire, très bien écrite, à la fois magnifique, cette vie simple, et terrible (les aspects cruels de la colonisation…), celle d’une femme qui avait du tempérament et qui a réellement trouvé une famille chez les innus qui étaient un peuple paisible et bienveillant. Kukum signifie grand-mère ♥. Un livre que je recommande à mon tour.

Kukum, Michel Jean

À l’occasion de mon anniversaire, mes collègues m’avaient offert deux cadeaux, dont un bon à la librairie. Je me suis donc offert 3 ouvrages : Les femmes qui lisent sont dangereuses, Abécédaire des métiers imaginaires et Le fabuleux voyage du bateau-cerf.

L’ouvrage de Laure Adler mêle analyse de la lecture depuis qu’elle existe, et plus particulièrement chez les femmes, et tableaux d’artistes présentant des femmes lisant. Un bel objet, une belle écriture, de belles analyses… Pourquoi les femmes qui lisent seraient-elles dangereuses ? Voilà un affirmation qui peut troubler à notre époque où la majorité des lecteurs sont des lectrices. Il faut alors se rappeler que la lecture permet l’instruction par soi-même. Souvenez-vous, pendant longtemps, la plupart des gens ne savaient pas lire, et par exemple, en ce qui concerne la religion (l’exemple le plus facile), pour savoir ce qui était écrit dans la Bible, le peuple se référait aux prêtres et aux vitraux qui étaient la bande-dessinée d’alors (mais il n’y a pas toute la Bible dans une même église et les prêtres pouvaient bien raconter ce qui les arrangeait)… En sachant lire, chacun peut accéder à tous les textes pour mieux les connaître, mieux comprendre, acquérir plus de savoir et puis y passer du temps au lieu de faire les travaux exigés… Vous voyez bien où je veux en venir… Et en ce qui concerne les femmes ? La lecture les libère, bien sûr, car elle leur permet également de s’émanciper, en découvrant d’autres horizons, d’autres mœurs, leur permettant une meilleure connaissance d’elles-mêmes ce qui pourrait bien ne pas plaire à tous les hommes…

Cet ouvrage est le premier d’une collection sur les « femmes dangereuses »

Laure Adler, Stefan Bollmann, Les femmes qui lisent sont dangereuses que j’ai acheté en version brévinoise…

Abécédaire des métiers imaginaires est un très bel album qui permet de s’évader à travers ces occupations inventées. Je l’ai lu à mes élèves qui ont beaucoup apprécié, cela a été l’occasion d’évoquer également le métier qu’ils rêveraient de pratiquer plus tard, et d’imaginer quelques autres métiers (plus difficile pour eux).

Et cet album m’a séduit d’abord pour ses illustrations, le bateau-cerf est un magnifique ouvrage tout en bois… Marco est un renard qui se pose beaucoup de questions sur le monde en voyant un bateau arriver au port. L’équipage avait besoin d’aide, aussitôt Marco se proposa d’embarquer avec eux à la recherche de l’île aux arbres délicieux. C’est donc une équipe très hétéroclite d’animaux qui va reprendre la mer, chacun ayant des compétences à partager… Une belle histoire d’amitié et de questionnement… Un très bel objet livre comme savent les produire les éditions Little Urban.

3 commentaires sur “Kukum / Les femmes qui lisent sont dangereux / albums illustrés…

  1. Je pense que le premier pourrait me plaire mais j’en ai une vingtaine qui m’attendent ( plus environ 500 sur une liste ! ) et en plus en ce moment je lis très peu, trop fatiguée quand arrive le soir …
    Belle journée Sophie
    Cathy​

    J'aime

  2. Comme à chaque billet, Sophie, tu suscites l’envie d’en savoir plus !!!
    Je garde ces titres dans un petit coin et s’ils croisent mon chemin, alors …
    J’ai bien assez de livres à la maison pour satisfaire mes envies de lectures pour plusieurs années !!!
    Très beau WE à qui passe par ici.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s